search
top

A ne pas faire en SEO Part. I

2013. Cela fait quelques années maintenant que le référencement naturel est un levier e-marketing sur lequel les entreprises ayant une vitrine sur la toile doivent travailler. Et pourtant, j’ai l’impression que même aujourd’hui, le SEO est peu compris. Seulement 10% des sites seraient optimisés pour le SEO, sur des critères très basiques (title, Hn, sitemap…). Le point positif c’est que l’on a encore du boulot! Je vous propose une petite série d’articles sur les erreurs classiques en référencement. Il y a beaucoup de choses à dire sur le sujet donc je mettrai la suite en ligne très prochainement. En attendant tout cela, Let’s go for part I.

Penser que le référencement est gratuit

J’ai très peu de budget à investir mais je veux être présent cette requête, celle ci et celle là également : Entre les personnes qui, certainement par vulgarisation des termes, SEO pour « trafic gratuit » et SEA pour « trafic payant », pensent que cette discipline n’est consommatrice de budget et les boites qui appâtent les prospects avec des « offres gratuites », je ne parle pas des outils SEO gratuits, mais les offres qui vous promettent un « référencement dans 100 moteurs de recherches » contre des jolis liens footer, je trouve qu’il y a un manque de sérieux. Je ne sais pas pour vous, mais de mon coté je ne connais personne qui travaille gratuitement. Concrètement, le SEO n’a rien de gratuit, pourtant:

Erreur SEO 1 : Référencement Gratuit

Pensez-vous vraiment qu’un SEO va travailler gratuitement sur votre site?

Vous souhaitez vous positionner sur une expression concurrentielle, générer du chiffre d’affaire, des leads via le trafic naturel en ne dépensant pas un seul euro? Mais si vous faites de la publicité offline, vous payez bien une agence de communication pour faire des spots, vous offrir une certaine visibilité sur un média? Alors pourquoi chercher des « prestations gratuites » en SEO? Le référencement est par extension, une forme de publicité. Alors comment faire de la publicité dans un environnement concurrentiel fort, les pages de résultats de Google, sans budget?

Solutions : Avoir un business model viable, des objectifs sérieux et des moyens pour y arriver.

Penser à court-terme

Rome ne s’est pas faite en un jour : C’est finalement un peu la même chose en SEO. Si vous avez un business viable offline, autant bien faire les choses online et travailler sur une stratégie à long-terme, envoyer les bons signaux à Google, lui donner envie de faire confiance à votre site. Personnellement, sur des sites clients je préfère fonctionner comme ceci. On peut se positionner plus rapidement sur des requêtes plus ou moins concurrentielles, mais cela risque de passer par des méthodes pas franchement appréciées des moteurs.

Sinon, il est assez intéressant de conjuguer SEO et SEA par exemple, en soutenant le trafic via du budget en SEA au lancement du site, le temps que le trafic naturel se mette en place. De même, si on cible un nouveau mot clé, pourquoi ne pas budgéter sur l’achat du mot clé en liens sponsorisés et travailler dans le même temps la requête du coté du SEO, le temps que tout se mette en place? Le positionnement est une histoire de patience et de synergies.

Solutions : Laisser du temps au temps, utiliser le SEA en synergie avec le SEO ou bien se mettre d’accord avec le client pour des techniques plus dark.

S’auto-dupliquer

Un contenu unique par URL : Indexer les environnements, ne pas rediriger les versions www & sans www, ne pas rediriger les extensions, fournir un contenu à un tiers et le mettre en même temps sur son propre site, avoir un site sur deux domaines différents, indexer les pages d’impressions… Autant d’erreurs pour se tirer une balle dans le pied, sans même demander de l’aide à son concurrent.

Indexation de données confidentielles

Google est très gourmand : Protéger vos données et corriger les contenus dupliqués

Conséquences? Création de contenus dupliqués, problèmes d’indexation, de crawl, de distribution de popularité. En résumé, un référencement non optimal, alors que vous avez la main sur ces éléments. C’est comme l’indexation de documents supposés « confidentiels ». Au delà des problématiques SEO, vous donnez beaucoup d’informations à vos concurrents donc des problèmes de sécurité des données.

Solutions : Utiliser les footprints, les redirections 301, .htaccess avec .htpasswd pour protéger les environnements, meta robots pour bloquer l’indexation ainsi qu’un tour par Google Webmasters Tools pour supprimer une URL, un répertoire ou une version en cache d’une page de l’index de Monsieur Google.

Sur-optimiser

Google & les internautes n’aiment pas les disques rayés : 960 mots dans une balise keywords, un footer spammé qui n’en finit plus, 200 fois le même mots clés on-page. A quoi bon sert? A part donner des signaux à Google comme quoi votre stratégie de référencement on-site est plus que spammy, je n’en vois pas l’intérêt. Google a besoin de comprendre le contenu d’une page, oui, mais vous pouvez juste vous contenter de mettre quelques fois le mot clé ciblé, travailler le champ lexical, le maillage interne, le linking et ça ira parfaitement. D’ailleurs, il n’y a pas de densité de mots clés idéale!

Solutions : Ne pas être spammy on-page, écrire comme un humain, pas comme un acharné du mot clé, optimiser les basiques du référencement on-page (titles, Hn, maillage interne…).

Penser que le lien est mort

N’en faites pas, les concurrents vous le rendront : Depuis Google Penguin, la peur est au rendez-vous. Faire des spams de commentaires, des annuaires, des CP etc…n’est pas forcément synonyme de pénalité à la prochaine sortie du filtre, c’est plutôt un ensemble, un profil de liens. Bien sûr, il est plus intéressant d’avoir des liens d’autorités que des liens depuis des annuaires spammés. De plus, il se peut qu’un site se fasse shooter pour une raison totalement indépendante du profil de liens, dans ce cas, il convient d’analyser le pourquoi d’une chute dans les SERP. Mais concrètement, la quête du backlink reste un impératif sur les requêtes génériques concurrentielles, sans cela, pas de positionnement, pas de chiffre d’affaires.

Solutions : Varier les ancres, les types de liens, les domaines référents, les liens sitewide, les nofollow/dofollow, obtenir des liens depuis des sites trustés, échelonner la stratégie dans le temps, avoir du budget à consacrer pour le linking et optimiser correctement son site on-site pour que cela fonctionne efficacement.

En savoir plus?

N’hésitez pas à lire la partie 2 des erreurs classiques en SEO.

Killian Kostiha, 27 printemps, SERP addict, curieux et passionné, je suis consultant SEO à Paris dans une agence web, Spikly. Je partage ici quelques articles sur le référencement naturel, le SMO, des bases et des outils pratiques pour mieux gérer un site Internet. Vous pouvez également me suivre sur Twitter, Facebook, Google Plus pour discuter et échanger notre cher Google ou autre 🙂 

17 Responses to “A ne pas faire en SEO Part. I”

  1. eric dit :

    Ca fait un moment que je te croise et pas eu le temps de passer te faire un coucou, bon c’ est fait.
    L ‘article est assez bien résumé, çà sert à rien de rabacher 1000000 fois la même chose… ce google bot comprend très bien et est super réactif. Plus d’ une fois j’ ai dû changer mon contenu pour plaire au bot et aux visiteurs.
    Ne pas hésiter à faire ses propres tests pour bien comprendre, bon après faut avoir le temps…
    @+ Killian

  2. largeron dit :

    Bonjour Killian,

    Merci pour ce post !
    C’est marrant je tombe sur les vidéos du seocamp day Toulouse auquel j’ai participé ! Je les cherchais justement…Bonne journée..

  3. Eric from Video Transcoding dit :

    Merci Killian pour ce « coup de gueule » sur ces écueils qu’on retrouve tellement souvent. Comme tu le dis, il n’y a pas de miracles (=>tentative de voeux SEO à Lourdes…) mais du travail, de la réflexion, de la stratégie et de l’investissement !

    Le reste c’est de la « flûte », point barre. Pour ma part, j’ai travaillé sur mon site en suivant les mêmes recommandations que celles que tu préconises.

    Dans mon cas, le SEO c’est comme lorsque tu n’as pas de style vestimentaire, tu utilises des basiques pour ne pas faire de faite de goût 🙂

    ps : j’ai du style, hein… c’était juste pour la métaphore 😉

  4. Reggaeton dit :

    Merci pour l’article !
    Un bon petit récap des connerie à ne pas faire pour son site internet 🙂

    D’ailleurs sympas les illustration ou tu a pris comme test skoda.

  5. Ben from conseils en référencement dit :

    Un très bon article que voilà ! Lu et partagé 😉

    Il est toujours bon de souligner les choses à faire et en l’occurrence à ne pas faire en référencement.

    La plupart du temps, les idées fausses sur le métier résultent de propos tenus par de sois disant spécialistes qui en vérité n’ont pour seul objectif que de s’enrichir sur le dos de clients naïfs malgré eux. Non, le référencement n’est pas gratuit, pas plus que les liens sont morts. J’avais d’ailleurs réagi sur ce sujet sur un article publié sur Locita en expliquant qu’il était impossible pour un site évoluant sur un secteur concurrentiel de bien se positionner sans stratégie solide de netlinking.

    Après, et l’article le précise à juste titre, il faut toutefois rester vigilent en agissant de la manière la plus transparente possible. Les liens comme le contenu jouent un rôle considérable mais il ne faut ni en abuser, ni les utiliser n’importe comment…

    Vivement la partie 2 !

  6. lereferenceur from ce site dit :

    C’est un article que tous les entrepreneurs qui ont quelques connaissances en SEO et qui souhaitent s’en occuper eux même.
    Bien sur il y a peu de chances qu’il y ai de très bon résultats vu ceux qu’ils ont à faire à côté (Gestion de leur entreprise)
    Je pense que c’est le genre d’article à montrer sur les forums d’entrepreneurs.

  7. Benjamin from devis panneau solaire dit :

    Nouveau dans le monde du SEO, je ne peux qu’être d’accord avec toi, référencer un site demande beaucoup de patience. Il faut être prêt à fournir beaucoup d’effort sans voir le résultat aussi rapidement qu’on le souhaiterait.

  8. Guillaume dit :

    Penser que le lien est mort, va même au dela des choses à ne pas faire. Je pense qu’il est pas mal de l’écrire mort sur blanc, mais je me demande si certains pensent vraiment cela …

  9. Cédric from ce site dit :

    Toujours bon de rappeler les bases. Merci pour le lien vers la vidéo de Sandrine Bertrand, j’ai trouvé cette intervention particulièrement enrichissante.

    A quand la partie 2 de l’article ??

  10. Max from high tech sur chronotimes dit :

    Comme cédric je pense qu’il est touours bon de rapeler les bases ! On a trop souvent tendance à les oublier… Combien de fois j’ai entendu « dois je rajouter des mots clés dans ma page ? », « dois je arreter de faire des liens vers mon site ? ». Je pense qu’il n’y a pas une seule réponse mais qu’il faut mieux parler d’un ensemble !
    On peut spammer comme un bourrin si l’on a en contre partie des gros liens trustés, on peut bourriner sur la densité de la page si l’on s’appele Cdiscount ou Wikipedia… etc…etc… C’est pour cela qu’il n’y a pas une seule réponse à toutes ces questions. Cela dépend du CONTEXTE ! 😉

  11. Marian from Voir le Site dit :

    C’est vrai que le référencement doit être pensé en amont, mais il faut bien vérifier une fois le travail fait par les développeurs car généralement on a pas mal d’actions oubliées ou d’erreurs. Donc faire des specs avant oui, vérifiez après : OUI.

    Vivement la partie 2

  12. Le Juge from Hotel in Vancouver dit :

    Les bases de bases de chez la base. On arrete pas de les répeter depuis l’invention du SEO ou presque ces bases… eyt aujourd’hui ma foi j’ai l’impression que les choses vont mieux – on me demande moins « c’est quoi ton job? Pas compris? » mais il y a encore une longue route avant que les bases soient respectées et que je doivent me reconvertir dans le BBQ.

  13. Précieux petit précis presque philosophique du métier, reconnaissant en attendant d’être reconnu complètement, du SEO dans tous ses états.
    Reconnaissant en vers ses clients pour lesquels nous sommes des bidouilleurs anciens lecteurs de Pif Gadget. Reconnaissant envers ses confrères référenceurs de tous polis prêts à jouer les blanches autruches ou bien les kamikazes au chapeau noir en alternant les rôles dans la demi-heure.
    Beau prêche surtout recensant les fausses bonnes idées et vraies mauvaises idées avec un inattendu ressort oecuménique à propos de la synergie SEO SEA, le seul dilemme vraiment philo à creuser en fait.

  14. Plombier dit :

    Pas mal, ce post résume pas mal de chose à connaitre.

  15. SEO is not a crime dit :

    @Eric : Je suis d’accord qu’il faut « plaire » à Google mais à part sur un MFA, c’est l’utilisateur qui va (ou non) générer du CA, donc je prefère quand même penser à ce dernier. Après oui, les tests, ça prend beaucoup de temps.

    @Maurice : Il y a des bonnes vidéos et c’est sympa pour ceux qui n’y étaient pas 🙂

    @Eric : C’est pas vraiment un coup de gueule, même si effectivement certaines choses sont soulantes, typiquement les personnes qui véhiculent des fausses idées.

    @Ben : Merci! Tu aurais pu mettre le lien, je ne connais pas l’article dont tu parles 🙂

    @Le referenceur: Le truc c’est que le SEO c’est que quelque part le SEO c’est une « publicité » mais encore faut-il faire les investissements nécessaires pour pouvoir mettre une place une réelle stratégie.

    @Benjamin : Après on peut toujours prendre le SEA pour le court-terme. Sympa la thématique pour débuter dans le SEO 😉

    @Guillaume: Mort sur blanc? Oui certains ont une peur bleue de faire des liens, c’est rare, mais ça existe. Sinon, voir les forums pour toutes les questions sur les liens.

    @Cédric: Les autres vidéos sont aussi intéressantes. La semaine prochaine je pense.

    @Max: Les bases ça sert aussi aux nouvelles personnes qui se lancent dans le référencement mais disons que je pense qu’une grande partie du boulot du SEO c’est de démocratiser l’usage de ce levier. Je vois ça surtout chez les grands comptes, car du coup, pour investir, il faut expliquer pourquoi, et comme ç’est difficile de prévoir un ROI en référencement… Et je suis 100% d’accord avec le contexte, c’est une partie du prochain article.

    @Marian: Malheureusement, je trouve qu’il y a beaucoup de projets sans specs SEO prévues en amont.

    @Le juge: Tu trouves? Moi ça dépend. Comme expliqué dans le commentaire à Max, j’essaie encore de démocratiser un peu le SEO coté clients. Après, je pense que ça dépend de la maturité des clients à aborder ce sujet.

    @Monica: Certains chapeaux noirs ne sont pas kamikazes en train d’appuyer sur des boutons toute la journée.

    @Raggaeton, plombier: Merci de mettre un prénom la prochaine fois 🙂

  16. Gauthier dit :

    Ce qui est sur et certain c’est que le lien n’est pas mort et loin de l’être. Il faut juste éviter de faire le barbare tout simplement, travailler avec raison, manuellement, donc avoir de la patience c’est vrai, mais si on ne fait pas l’imbécile, les liens gagnés n’auront pas de raison d’être dans le collimateur de google.

  17. Augustin dit :

    Le SEO c’est un peu comme un jardin mais en virtuel, il faut sans cesse jardiner (retourner, gratter, chercher…), merci pour cette piqûre de rappel.

top